Menu news
Arezki

Mes News

L’espérance de vie selon un classement du Forum Economique Mondial le 04/01/2018 à 19h48

Le World Economic Forum (WEF) a rendu public un classement indiquant les pays avec la plus haute et la plus faible espérance de vie.

Sans surprise, sur 137 pays dans le monde, les pays en haut de liste sont des pays européens et asiatiques, alors qu’en bas de tableau on retrouve des pays africains.

C’est Hong Kong qui arrive en premier des pays dont la longévité de la population est la plus importante avec une espérance de vie de 84.3 ans.

En Europe, l’Italie premier pays européen avec une espérance de vie de 83.5 ans précède de peu l’Espagne, relativement en 3ème et 4ème position sur les 137 pays.

Le premier pays arabe dans ce classement est le Liban qui se place à la 32ème place, bien avant les Etats Unis, avec une espérance de vie à la naissance atteignant 79.6 années.

L’Algérie, selon le document du WEF sur l’Espérance de vie, se classe à la 62ème place et se hisse premier pays africain avec la Tunisie avec une espérance de vie de 75 ans.

Le Maroc arrive quant à lui en 77ème position avec une espérance de vie de 74.3 années.

Le dernier pays du classement est le Swaziland, avec une moyenne d’espérance de vie estimée à seulement 48,9 ans.


Le Brent à 63,69 dollars en cours d'échanges à Londres le 19/12/2017 à 21h21

Les prix du pétrole gagnaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens dans un marché sans conviction, entre perturbations de la production, notamment en mer du Nord, et perspectives de hausses de l'offre. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 63,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 28 cents par rapport à la clôture de lundi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de janvier, dont c'est le dernier jour de cotation, prenait 25 cents à 57,41 dollars


CANDIDATURE AUX ÉLECTIONS PROCHAINES le 21/08/2017 à 22h14


Cheikh éducateur de son état s'étalait sur une retraite paisiblement bien méritée, entourait par sa famille. Une idée tout aussi noble lui remontait à la tête et le triturait des nuits entières.
     Il pensait que son troisième âge devait encore être aussi utile que sa période d'actif au sein de l'éducation.
Cette idée saugrenue à première vue, combien périlleuse mais noble disais-je, mènera notre homme à une résolution où son savoir-faire, son expérience et sa sociabilité seraient mises au service de l'intérêt général dans le cadre d'une institution locale, je veux parler de l'assemblée populaire communale.
      Oui ! président d’APC, vous l'avez deviné.
Sid Cheikh en parfait bilingue saura certainement sortir sa commune de son sous-développement si les citoyens lui accordent leur confiance ce dont je ne doute pas un instant.
       L’importance à ses yeux est de traiter avec ardeur et probité avec les villages composant sa commune dans une symbiose totale entre les élus qu’il aurait auparavant choisis et répondant aux critères d’intégrité de probité et d’altruisme, une équipe choc pour une obligation de résultat.
       Bon vent à Cheikh pour cette deuxième mission de ta vie.
– Il s’agit d’une commune de la contrée voisine.


Cheikh Salah, le maître d’école providentiel le 21/02/2017 à 20h47


Cheikh Salah, aujourd’hui âgé de 89 ans, originaire du village de Cheurfa N'bahloul à Azazga, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a laissé beaucoup de souvenirs impérissables, gravés dans la mémoire de ses anciens élèves, au village Ahrik de Bouzeguène, où il a passé 3 ans, de 1951 à 1954. Tous ses anciens élèves, âgés aujourd’hui entre 60 et 75 ans, ne tarissent pas d’éloges sur sa personne, notamment sur sa manière de dispenser le savoir et le changement qu’il a apportés au village. Grâce à lui, une génération complète d’enfants du village a appris à lire et à écrire.




Azazga, capitale gastronomique le 19/02/2017 à 20h35

Où mange-t-on le mieux en Algérie ? Nous sommes tentés de répondre : nulle part. Un vrai paradoxe, car au moment où le monde entier redécouvre les plaisirs de la table, à l’heure où les cuisiniers créatifs deviennent des stars planétaires, à l’époque où la cuisine crève tous les écrans avec une quantité sans cesse grandissante d’émissions télé et de chaînes thématiques, l’Algérie reste à la marge de cette révolution qui mijote sur les fourneaux.