nav
Arezki

Mon blog

Réponse à Smail le 24/08/2018 à 20h42

Ce que tu es entrain de faire servira certainement d'un excellent exemple à suivre d'abord par tes enfants et les nôtres s'ils voulaient regarder à côté.

Cher Smail, toi que je considère érudit et artiste, je pense sincèrement que tu élèves consciemment le métaphorique textuel de ton écrit pour ne pas pouvoir discerner entre le bien et le mal et qui le fait inconsciemment ou à dessin.

La solution est d'être claire pour mener les acteurs de ce marasme ( et nous le sommes plus ou moins) à se classer dans l'option qu'ils désirent à savoir s'engager dans la lutte salutaire pour tous ou rester dans le statu quo.
L'invisibilité du proche avenir favorise les vivants dans l'eau trouble et profite aux mal-pensants et charognards.
Les attentistes visiblement moins courageux que tous leur viennent du ciel.
Ma question, suis-je un donneur de leçons ? Ou qui est donneur de leçons ? Mon cher Smail nous manquons justement de leçons de civisme de citoyenneté et surtout de fraternité. Dis-nous comment faire ces acquisitions utiles pour nous tous, surtout à notre progéniture. Continues à éclairer tes frères sur le bien et le mal d'ici-bas et notre place dans l'au-delà. Je sais que tu peux le faire. Je ne veux pas parler de haine, ces héritages qu'ils faut apprivoiser ni de matérialisme envahissant nos esprits au dépens des valeurs qui étaient un principe cardinal de nos ancêtres. Discutons et continuons à discuter jusqu'à ce que lumière soit faite. Acceptant nos différences. Allez sans rancune frère !!!


De Smail Les donneurs de leçons le 24/08/2018 à 20h41

Les donneurs de leçons
A toutes ces personnes sensées se recueillir sur les tombes de nos défunts pour se confesser, pardonner et se faire pardonner et qui malheureusement ne l'ont jamais fait soit par haine par ignorance ou bien avec intention consciente ; à ces memes personnes qui ont la manie de vouloir à chaque situation corriger l'autre et propager la haine ,, semer le doute et se mettre en bisbille avec les autres sans raison valable , je leur dis tout simplement que nos morts ont tout le temps reposé en paix avec òu sans votre bénédiction et que votre présence dans cet espace funéraire n'est pas souhaitable.
La terre est généreuse et salvatrice. Elle nous engouffrera comme nos défunts car toutes les vies finissent de la même façon....Amen......


Réponse à commentaire le 22/08/2018 à 07h18

je suis à mon tour entrain de dévorer les additifs du roman de Ouarda , les sublimes commentaires des hommes et des femmes comme Seghir, Larbi, Ouarda Baziz Cherifi et bien d'autres sur ce mur lumineux et savant.


Un espoir le 19/08/2018 à 17h45

Un espoir ne peut mourir en nous tant que la mort n'a pas fait des siennes. Un jour comme un autre si je n'avais croisé un jeune plein de signes prometteurs d'un réveil d'une conscience longtemps endormie et éblouie par un matériel souvent frelaté par des malversations ou des acquisitions mal acquits.
Ce ne peut être en dehors de notre modeste lignée éparpillée depuis des lustres. Une conversation qui pourrait mener si jamais son grain germerait dans les pensées de nos vis-à-vis. La communion, la sagesse, l'anticipation afin de mieux préparer la postérité, nous écarter les chemins tortueux déjà empruntés, consulter le plus possible le miroir pour mieux se connaitre et prendre sa vraie mesure.
Ces conditions réunies nous aspirerions avec l'aide de Dieu à une meilleure compréhension mutuelle, à une reconnaissance réelle des valeurs des uns et des autres pour conclure à une vie ensemble et meilleure.
Le jeune et le vieux se joignent à ces options d'avenir.


Avec Djaffar le 18/08/2018 à 20h09

J'ai presque accompagné Djaffar Bacouche dans son périple en Europe, et même dans ses randonnées oxygénantes.
Eh oui ! Il faut me croire, quand on plonge une ou peut être deux heures dans des discussions franches, sur des sujets qui font gratter la tête à beaucoup d'entre nous.
Mais je ne vous parlerai pas de nos thèmes, je vous parlerai de moi ou plutôt de Djaffar qui nous procure un plaisir immense quand on a été face à face dans une table d'un café, sirotant nos thés.
D'une culture à vous mettre plein la tête, d'une politesse défiant la normalité sociale, d'une modestie qui vous cache une forte personnalité, qu'il vous livre à dose mesurée.
Il faut le dire, c'est un agréable moment que j'ai passé avec un homme de cette trempe.
Je suis donc comblé de cette rencontre profitable à plus d'un titre.
Heureusement pour moi et malheureusement pour lui, il n'est pas ministre, j'aurai été considéré comme chiate (je plaisante.).
Non, je fais seulement un constat et je l'ai senti en mon fort intérieur qu'un éducateur comme Djaffar ne perd jamais de sa verve à partager son savoir et ce qui va avec.
Sur ce, je lui envoie un salut chaleureux et un autre à ses proches.