Arezki

Les petits gestes qui font le monde

Pneubel, les écologistes de l’école de commerce

Date : 03/06/2015

 

«Faites rouler la propreté» est le slogan original clamé par des étudiants de commerce pour vendre leur trouvaille : des bacs poubelles cylindriques formés de pneus usagés.

Le contenant ainsi érigé par trois roues superposées est muni d’un système d’ouverture facile et protégé par un revêtement personnalisé qui peut servir comme espace publicitaire. Ce concept insolite a été développé par les jeunes fondateurs d’une petite entreprise créée dans le cadre du concours universitaire «Company Program 2015». «Nous nous sommes fixé pour objectif d’élaborer une entreprise concrète pour lutter contre la pollution et tenter de sensibiliser nos concitoyens à la question environnementale de manière inédite pour mieux capter l’attention du plus grand nombre», explique Zamoum Hanane, étudiante à L’Ecole des hautes études commerciales (EHEC).

Ainsi, l’idée originale de valoriser les pneus usés dans l’objectif d’atténuer la gravité de cette source de pollution redoutable pour le sol et l’atmosphère a permis à la jeune étudiante et ses camarades d’être qualifiés pour la finale du concours d’entrepreneuriat Injaz El Djazaïr.

Ces étudiants de commerce et écologistes convaincus qui étaient d’emblée bien armés par des connaissances économiques pour investir le monde de l’entreprise, avaient doublement profité du monitoring prodigué par les sponsors du programme Junior Achievement pour développer leur société junior dénommée Pneubel, compression de pneumatiques et embellissement, deux mots-clés relatifs à l’objet et aux services échafaudés autour de leur produit phare.

«Depuis de longues années nous assistons, impuissants, au spectacle désolant des pneumatiques usagés et abandonnés chaque jour au bord de nos plages et de nos routes, sans que des solutions efficientes ne soient mises en œuvre pour mettre un terme à ces agressions», regrettent les étudiants en préambule à leur proposition. Selon les conclusions de l’étude effectuée par ces élèves de l’EHEC, il en ressort que l’accroissement du parc automobile depuis les deux dernières décennies a décuplé de manière alarmante ces rebuts de voitures, d’autocars, de camions et d’engins de chantier.

«Ces pneus usagés ne sont malheureusement pas biodégradables, donc leur recyclage n’est pas envisageable sans danger. Lorsqu’ils sont brûlés dans les décharges, ils génèrent une pollution atmosphérique des plus nocives du fait qu’il en résulte des composés chimiques très dangereux», préviennent les jeunes étudiants. «Nous nous sommes fixé une mission à triple objectif : œuvrer à diminuer cette fâcheuse forme de pollution, en tirer profit en exploitant les bacs comme espaces publicitaires afin de garantir la pérennité de l’entreprise, et enfin offrir à la ville du mobilier urbain au design moderne et élégant», résument-ils. Effectivement, de leurs mains habiles, les pneus recyclés se sont transformés en de véritables œuvres artistiques fort utiles et bien maniables.

Mohamed Staifi
El Watan http://goo.gl/Z8SxSA

 


Copyright©2016 - Arezki Mensous - Tous droits réservés - Toute reproduction est interdite.