el-habachi-menu

EVASION

Hommage


Moudjahidin

 

   GLOIRE A NOS MARTYRS. HOMMAGE A SES DIGNES FILS.

Belkacem Hanafi dit El Habachi

Un fait à la mémoire de Si El Habachi     Ce grand village aux valeurs ancestrales mémorables vient à l'initiative des fils d'un grand héros de la révolution, donner vie et espoir à un grand nombre de moudjahidin venus de toutes les contrées pour se retrouver à la rencontre rendant hommage à Belkacen Hannafi dit El Habachi, Hommage est rendu par la même occasion à ce village révolutionnaire à plus d'un titre. 
    La bravoure que les compagnons ce personnage exceptionnel tente vainement de décrire devant une foule compacte ne trouvaient pas les mots seyants au courage de si El Hannafi et son époque, une cinquantaine d'années nous séparent des faits.
Un événement de première importance s'est produit ce jour dans ce grand village de Cheurfa n’Bahloul : Premièrement, il y avait vraiment une grande foule autour des symboles de la révolution, jamais organisé depuis l'indépendance même au niveau des Dairate.
    Deuxièment, la composante de toutes les générations, les classes sociales et les sensibilités politiques était présentée. Troisièment une symbiose de fraternité et de patriotisme étaient visible sur les visages des hommes et des femmes présents pour écouter cérémonieusement les faits narrés par les compagnons du moudjahid Si El Hannafi. Nous pouvant dire que ce rassemblement commémoratif dédié à la mémoire des moudjahidin était une réussite.
    Cette rencontre donne un bref aperçu et un exemple d’héroïsme sur plusieurs générations de la contrée


Si El Hanafi et la bataille de Tachivount

Témoignage.

TachivountTachibounte est un petit bois, à vrai dire un bosquet, qui surmonte une crête avec des falaises abruptes et des ravins sauvages. Elle est située non loin d'Aghrib et du gros village Taboudouchte. Elle est limitée au nord par le village d'Adrar et à l'est par le gros village d'Azrou. Le village d'Aït Bouali n'est pas loin non plus. 
Nous sommes en pleine opération « Jumelles », et déjà les effets désastreux de la sédition des officiers libres se font sentir et remuent dangereusement les rangs de l'aln. une réunion regroupe des moudjahidine au village de Timerzouga, c'est une réunion informelle initiée par l'aspirant Si Abderrahmane Arrous, membre du conseil du commandement de la Région 3, Zone III. Il invite à cette réunion les chefs des secteurs et déjà deux d'entre eux sont présents. Il s'agit de Si Mouh Saïd Boudoukhane et de Si El Hanafi dit « Habachi ». L'autre chef de secteur, Si Ouakli Kesri, de Sidi Naâmane a été retardé. L'ordre du jour de cette réunion improvisée est communiqué aux participants, il s'agit de juger l'un des leurs, un aspirant de surcroît, pour fautes graves. En l'occurrence, il s'agit de Si Ouali, un ancien gendarme déserteur, originaire de la Petite Kabylie et dont le comportement a paru bizarre ces derniers temps jusqu'à offusquer certains de ses proches et cela n'a pas échappé à la vigilance de ses compagnons. Il est donc aux arrêts. Les moudjahidine réunis en conclave estiment qu'ils ne sont pas qualifiés pour juger un officier, et un aspirant ne peut pas juger un autre aspirant comme lui, il fallait donc se résoudre à réclamer l'avis des officiers supérieurs. Si El Hanafi, adjudant-chef du secteur à l'époque fut désigné pour prendre attache avec le haut commandement et l'instruire de cette affaire. Il était le seul homme à connaître l'endroit où il pourrait rencontrer le commandant Si Mohand Ouelhadj. L'endroit était revêtu du secret le plus absolu compte tenu de la conjoncture, et approcher le commandant n'était pas chose aisée à ce moment-là. Une section de moudjahidine l'accompagnera dans sa mission. En attendant, les moudjahidine observent de leur coin les mouvements des troupes ennemies stationnées à Aghrib et ses environs. Lorsque Si El Hanafi est de retour, il est surpris par la lumière du jour, il est dans l'obligation de faire halte et stationne du côté de Freha et dépêche deux estafettes pour porter le courrier.
Le commandant Si Mohand Ouelhadj a été contacté, et dans sa réponse, il explique que la situation qui prévaut donne légitimation aux moudjahidine de la Région 3 réunis à Timerzouga de constituer un tribunal et de juger l'officier indélicat. L'affaire est réglée rapidement. Le tribunal est constitué et rend son verdict. L'accusé est condamné et exécuté. L'imprimé « Arrêt de mort » est rempli. Il indique le président du tribunal, l'accusateur, le défenseur, les témoins et le greffier (le secrétaire de séance). Les djounoud s'apprêtaient à rejoindre la magnifique forêt de Tala Igouraouène, leur lieu de prédilection, pour trouver un refuge sûr pour séjourner dans la journée du lendemain. Mais l'aspirant Si Abderrahmane Arrous les dissuada. Ils demeureront donc sur place en se répartissant dans les chaumières des alentours. Les documents de la réunion sont portés dans une serviette et placés en lieu sûr à quelques encablures de là dans un abri au loin dans une localité en contrebas. Le lendemain, la cavalerie ennemie stationnée au poste militaire de Mira sort en opération et se dirige tout droit vers cette localité située en retrait des gros villages de la région et en zone découverte. Y a-t-il eu dénonciation ou bien est-ce une opération de routine ? L'ennemi arrive à localiser l'abri et les soldats tuent les deux secrétaires qui s'y étaient réfugiés et qui sont étrangers à la région. Encouragés, les soldats continuent à fouiller et à creuser et parviennent à découvrir la serviette et les documents qu'elle contenait. L'ennemi sait maintenant que les moudjahidine ne sont pas très loin et qu'ils sont assez nombreux. Il monte tout de suite une opération de ratissage et ses troupes stationnées dans les postes et camps militaires sont en état d'alerte. Les soldats du poste militaire d'Aghrib sortent du camp et trompent la vigilance des guetteurs aln en jouant de ruses. Ils font mine de se diriger vers le sud, alors qu'en fait, ils rebroussaient chemin par des voies détournées pour aller rejoindre leur objectif primordial, à savoir atteindre le chemin des crêtes au nord qui coupera la retraite aux djounoud qui voudront rejoindre Tala Igouraouène. Les moudjahidine seront donc pris au piège et n'auront d'autre alternative que de se réfugier dans la forêt de Tachibounte. Pendant ce temps, l'ennemi a achevé ses préparatifs, et très tôt le matin du 8 octobre 1959, le ratissage s'annonce par les bombardements d'artillerie lourde et par la ronde infernale des T6, des Moranes jaune et noir ! Les hélicoptères de type Sykorsky et Banane ne sont pas en reste ; ils interviennent dans le transport des troupes pour les déposer sur les crêtes des montagnes environnantes. Les djounoud maintenant se sont retranchés au milieu de la forêt et chacun d'eux a choisi son abri personnel pour combattre. Dans leur majorité, ils sont armés de fusils de guerre de type américain Garrant ou français Mas 49 et des pistolets mitrailleurs Mat 49 mieux appropriés pour les combats de proximité et surtout en forêt. Ils constituent au total une section de 27 combattants auxquels s'ajouteront quelques détachés.
Les premiers coups de feu ne vont pas tarder à retentir dès que les premiers éléments de la troupe française pénètrent dans la forêt et se rapprochent dangereusement à la portée des fusils meurtriers des moudjahidine. La bataille qui débute enregistrera l'anéantissement total de cette section ennemie qui s'est hasardée trop confiante au cœur de la forêt. Comme toujours et en pareilles circonstances, l'ennemi retire ses fantassins et confie à l'aviation et à l'artillerie le soin de continuer le combat. Il durera toute la journée et une partie de la nuit avec l'utilisation des fusées éclairantes. Devant la résistance acharnée des djounoud et de leur obstination à combattre jusqu'à épuisement des munitions disponibles et devant leur endurance, l'état-major opérationnel ennemi a eu recours aux renforts qui augmenteront considérablement le nombre des assaillants. Le combat s'achèvera le lendemain 9 octobre au matin. Les pertes sont lourdes de chaque côté, mais elles ne furent pas évaluées du côté français parce que les corps ont été ramassés et transportés jusque dans les postes militaires. Par contre, les pertes des moudjahidine sont considérables : toute la section a été neutralisée avec 22 chouhada et 5 blessés faits prisonniers. Dans sa vindicte, l'armée française, qui pleure ses soldats morts au début de la bataille, utilise des villageois comme bouclier pour pénétrer dans la forêt et pour participer au ramassage des corps des soldats tués. Ils seront abattus à leur tour pour empêcher la divulgation du nombre des pertes françaises, il y aura donc au total 29 chouhada. La zone de Tachibounte sera déclarée zone interdite et les villages environnants seront évacués. La population sera regroupée dans des centres créés à Tala Tegana et à Timerzouga. Un poste permanent est installé au village Adrar pour la surveillance continuelle de cette zone interdite.
Voici les noms des chouhada de cette bataille mémorable : Boudjemaâ d'Aït Bata (Abizar), Abderrahmane Arrous (Larbaâ Nath Irathen), Si Saïd Bounamane (Assif El Hammam), Ghezzaz Amar dit le Chinois (Mizrana), Oumetchi Ahmed (Tifra), Tissegouine M'hand (Ibdache), Amkrouche Ali (Ibdache), Tizrairat Saïd (Tifra), Aït Abba Rabah (Ighil M'henni), Ouagouag Belaïd (Adrar), Lounis Saïd (Tala Tegana), Iguer Ramdane (Tala Tegana), Agouni Nessouk Boudjemaâ (Azerou), Djoughali Arezki (Tala Tegana), Saber Pacha Mokrane, Djoughali Mouloud (Tala Tegana), Mouh Nali Oumeziane, Saïd Ourezki, Amar Tessanate, Aït Amar Hidouche, Oubatite Saïd, Si M'hand Nath Aïssi, Si Ali Ouahmed, Djoughali Amar (Tala Tegana), Si Ouali Ihnouchène, Rabah Oumetchi. Les 5 blessés faits prisonniers sont : Ouguenoune Saïd dit Saïd Boudhrar, Si Mouh Saïd N'tboudoucht, Boudouhane, Tighedine Arezki dit Arezki N'taouinte, Ibouchoukane Tahar du village Adrar, Abdellaoui Hadh Ahmed du village Ibeskrine.

Par : ⵍⴰⵀⴸⴻⴰⵔ ⵊⴰⵎⴰⵄ. ⵜⴰⵇⵛⵓⴰⵟ.


elHabachi

Que le sang versé par nos chouhada ne soit pas vain.