Menu sidebar
Arezki

Cher Ahmed ami et cousin

   Je t'écris aujourd'hui, après une longue absence de dialogue que pour le moment nos liens très solides ne peuvent ne pas surmonter ce vide sidéral. Cher cousin, non ! cher frère de sang et camarade de combat, il n'est pas facile de sauter les épisodes de mon actuel récit des événements que nous avions vécus ensemble dans la majorité des cas quand nos chemins se croisaient, il était vrai aussi que souvent nous débattions chacun de son côté contre les forces du mal florissant  sans raison, elles étaient de tous les cœurs et de toutes les bouches.
     C'était vrai qu'on n'aimait pas les orphelins et ce qui y ressemblait tant les convoitises,  apanage de nos vieilles femmes vite reprises par les hommes. Être plus fort et plus riche était chevillé dans l'âme que le cœur ballottait et transformait en haine, un mal du siècle.
Cher Ahmed tu penses peut-être que je commence à battre la breloque, mais que non! Je commençais seulement par les généralités, n’ayez crainte, je reviendrais au détail.
Cette chance de voir se transmettre en toi un incident malheureux en une victoire sur ta personne tes frères et cousins en fait c'était et c'est sur toute la société que tu as pris ta revanche. Tu as affronté presque seul le premier choc d'un AVC « traître »   qui avait fait une intrusion sans t'avertir malgré ton assiduité dans la prévention. Le sport meilleur ami de l'homme t'habitait.

     Cher frère, la convivialité et l'harmonie des familles soudées n’était pas à notre rendez-vous dans les temps normaux, souvent cafouilleux. Le regard dans le rétroviseur de la plupart d’entre nous, tes frères de premier rang et tes cousins ensuite furent saisi des réalités amères que nous devrions prendre au vol pour nous normaliser socialement par des actes probes les uns vis-à-vis des d'autres dans les moments difficiles.
     Le vivre ensemble dans la convivialité est l’une des qualités que nous devrions se réapproprier au profit de la postérité si nous considérons qu’il est tard pour notre génération.
      Sache que les imensouren te doivent une reconnaissance sur ton attitude pionnière dans presque tous les domaines. Le cursus scolaire, l’altruisme, la probité, toutes ces qualités tu les portais avec fierté et Gloire, tu as été dans toutes les luttes émancipatrices de notre grande famille qui ne cessait de reculer et infatigable tu continus à récupérer tes forces atteintes par le méchant AVC. Je suis sur que tu vaincras ce mal avec l’aide de Dieu.
     Une autrefois si Dieu nous gardent en vie je m’attèlerai à narrer quelques épisodes qu’ils n’en faudraient surtout pas oublier. Cher Ahmed ne prends pas du mauvais côté ce mot, ne pas "oublier", il nous servira plus à ne pas refaire les mêmes erreurs qu’à déterrer les qualificatifs « jalousie et arrogance » qui nous avait fait beaucoup de mal. Donc tranquillises toi, nous ne sortirons jamais des méchancetés envers autrui.
     Je termine pour aujourd’hui j'espère t’avoir apporté une sérénité dans la façon d’entrevoir un avenir meilleur et ensemble.    J’ai omis volontairement de remercier tous ceux qui t’on apporté soins et réconfort, ce sera une autrefois si ma plume voudrait bien concourir à ce bienfait.

Bien à toi



Copyright©2016 – Arezki Mensous - Tous droits réservés - Toute reproduction est interdite.