Arezki

Un hasard joyeux

    Traverser la route en ce moment où les forces m'abandonnent peut constituer un danger qui pouvait être mortel. Hier soir en rentrant chez moi je devais passer par la supérette pour acheter du lait, il manquait en ce moment.
     Je voulais mettre pieds sur la chaussée, comme un enfant prudent, je regardais à droite puis à gauche, c'était machinal puisque c'est un sens unique. L'évaluation du temps que la voiture que j'avait vu à une distance que je pouvais vaincre faisait intervenir ma raison c'était à elle que je devais laisser la priorité.
    Le jeune chauffeur atténua la vitesse, je devrais profiter et passer et non, Je n'avais pas cédé à mes instincts. Quand le chauffeur d'une amabilité décoiffante, un sourire aux lèvres m'invita d'une main majestueuse à traverser. Je pressais donc le pas que de sa fenêtre une voix projeta un son contenant le mot Kissoun qui m'avait fait frémir, il ressemblait à celui de mes ancêtres. Un nom de village qui propulsa un grand nombre de ses habitants dans les différentes contrées du pays.
    Dans la voiture il y avait deux jeunes et une femme derrière. Le chauffeur ajouta de l'émotion à ma personne en me rappelant qu'il me connaissait bien et que son ami me connaissait aussi pour avoir fait le CEG comme interne. Ils me remerciaient de leur avoir donné en cette période d'enfance de l'amitié et de la sécurité morale.
    L'impatience de la file derrière nous obligea à mettre fin à notre rencontre non sans les avoir invités à prendre un café chez moi, chose qu'ils refusèrent aimablement. La voiture redémarra en trombe laissant en moi une légère amertume d'une fin rapide de la discussion conviviale qui me semblait trop courte.

Commentaires facebook

27-May-2016
Amazigh Xaled : J'ai beaucoup aimé votre texte! Un événement d'une ou deux minutes transformé en très bon récit! Je vous remercie infiniment, vous êtes vraiment doué a Ccix!
Ouahiba Mns : C'est une rencontre fortuite qui a ramené une gaieté dans le cœur même si elle n'a duré que très peu .Salutations zizi.

Mohand Ouali Allata : Tellement vous êtes romantique et plein d'humour et de bonté dont vous voulez partager les beaux souvenirs d'enfances , de vivacité et de la jeunesse zizi Arezki je me rappel bien une fois on a fais un trajet ensemble les années 70 vers mekla en passant par mghira nous a l'époque on moulais du blé chez un moulin de djemaa saharidjs vous étiez très rigouleux on avais même pas sentis le parcour Donc à zizi Arezki on a la même idéologie * bon courage et longue vie avec tes petits enfants profite encore

Tahar Siad : Yaattik saha achikh .c comme si je lisais feraoun ou mammeri .c romantique et nostalgique

Tahar Siad : Longue vie et bonne continuation

Achour Tahmi : Un hasard joyeux cheikh ! Pour eux c'était le CEG, pour ma part c'était le CEM garçon , j'avais la joie et l'honneur de faire mes premiers pas dans les stades de ce collège en compagnie de mes amis d'enfance à l'aube de l'automne de l'année 1983 sous votre aimable tuteurât dans les disciplines d'E.P.S .
Avec nostalgie et au nom de tous mes camarades , je vous adresse mes remerciements les plus sincères pour votre contribution à notre éducation et pour les valeurs inculquées .
Longue vie ! Cheikh.




Copyright©2016 – Arezki Mensous - Tous droits réservés - Toute reproduction est interdite.