Menu sidebar
Arezki

Saghi si Lounes dit : Lounes Ahadadh

Omar raconte son grand-père

      Un jour que le destin marquera d'un sceau de fer. Si Abdellah du village d'Ibskrienne dans l'une de ses tournées de responsable des moudjahidin, il était capitaine de l'ALN entama une discussion avec un habitant du village d'Ighil n Boukiassa du nom de Meziane Kaci dit Kaci Ahadadh, elle portait essentiellement sur la structuration des villages au sein du FLN pour élargir la base combattante du front de lutte anticoloniale. Le recrutement de mousseblin antichambre d'élargissement d'effectif de l'armée de libération nationale.
   De fil en aiguille, le non de si Lounes Ahadadh du village d'Azazga revenait comme un leitmotiv dans la bouche des proches de si Abdellah avec qui, il devait construire un projet de sensibilisation et de restructuration dans la future zone autonome d'Azazga. C'était en totale confiance de son nouveau compagnon qu'il s'attelait à engager des discussions avec si Lounès.
   C'était ainsi que le contact fut établi en vue d’une rencontre entre si Abdellah et si Lounes Ahadadh sur les hauteurs d'Azazga en son domicile au lieu-dit :"les chalets".
   Si Lounes Ahadadh forgeron de son état était du point de vue politique prêt à rejoindre le maquis à tout moment de la sollicitation de la révolution. L'occasion inespérée de combler sa  propension de patriote arriva quand il découvrit que si Abdellah tapait à sa porte pour l'entretenir du projet de participation à la sensibilisation et structuration de la compagne de recrutement entreprise par la zone 3.
   Le temps passait difficilement et dangereusement pour la famille de si Lounes, il courra deux cibles à la fois : repérer des hommes de confiance et réussir à passer le message de si Abdellah au comité de village et installer un refuge, lieu de récupération, de passage et de restaurations des moudjahidin dans un climat d'exigence sécuritaire absolue au risque de se faire tuer lui et toute sa lignée.
    Le forgeron si Lounes Ahadadh contribua par la réparation de certaines vieilles armes qu'avait collecté auprès des populations le front de libération nationale, sa dextérité fut appréciée par les chefs du maquis, ils ne manquèrent guère à le lui faire savoir.
   Une mission d'une importance vitale était le découpage du grillage entourant la ville pour en faire un passage qui permettait aux auteurs des attentats de fuir après leurs actes, elles se renouvelaient à chaque fois que la nécessité se présentait.Les hommes de cette trempe que Dieu avait destiné à remplir un rôle important dans le nationalisme et la lutte armée.
Ces sages qui avaient puisé dans leurs vécues d'inestimables données sociologiques, atout principal pour faiseur de braves hommes futurs héros de la guerre.
Sa disponibilité n'avait d'égal que le sacrifice pour une cause noble, la libération de l'Algerie.

Que le sang versé par nos chouhada ne soit pas vain.


189  Vues.