menu

EVASION


       Liens

Le vieux chêne
Mes journées d'antan

Le vieux chêne           

 Le temps caniculaire de cette longue journée d'été semblait bloqué. Le soleil, qui n'avait pas l'intention de bouger, traversait mes longs cheveux touffus.

          Un vieux chêne, arbre aux feuilles lobées et aux fruits à cupules, les glands rassasiaient les animaux et les bergers. Les glands mélangés à de l'orge, moulus et pétris, de nombreuses familles en confectionnaient des galettes et se servaient de ce fruit comme aliment de base.

          Notre vieux chêne centenaire n'avait à aucun moment refusé sa protection aux passants venus se reposer à ses pieds, il offrait de l’ombre chaque fois qu’il était sollicité sans rien demander au retour lui qui avait vu naître et mourir au moins deux générations, il ventilait même les corps en sueur de ses invités.

       Le vieux chêne logeait les fées qui venaient aider Na Fati à tisser la laine comme le disait souvent grand-père, à chaque fois qu'il parlait de cet arbre. Le vieux chêne aux racines épaisses déterrées au fil des années de vents et de pluies, il avait pu se maintenir grâce à ses multiples appuis répartis tout autour.

          L'arbre vénéré allié de ses voisins, disait grand-père, développe ses branches ornées de fleurs en chatons, pendant la floraison, offrait à ses invités une large protection contre les effets de la chaleur et les rayons brulants du soleil d’été. Il indiquait par son ombre l'état d'avancement de la journée, il signalait par ses ramilles en mouvement la présence d'un courant d'air.

              Je restais planqué sur l'une des ailes de l'arbre béni selon le vieux et je me fais un plaisir de me confondre avec une grappe d’oiseaux en quête de ramilles pour se prélasser. Certaines de mes journées duraient jusqu'à l'arrivée de la fraîcheur du soir

   

331 pages vues.
Copyright©2016 – Arezki Mensous - Tous droits réservés - Toute reproduction est interdite.