EVASION


       Liens


En cette veille de l’Aid  

En cette veille de l’Aid

     Dans un autre post mon ami Xaled m’avait fait une remarque suivit d’une question. A lire en bas de ce texte.
                                         Ma réplique

        Mon ami Xaled, ma réponse à ton questionnement est épineuse. Si je dois répondre en deux mots, je dirais le passé c'était la vie, la subsistance, le présent c'est la politique sans consistance et la religion sans spiritualité.
       Ta remarque autant que ta question sont pertinentes.
Non cher Xaled, le poids des ans est lourd pour ne pas peser sur le choix de mes narrations. La dureté de survivance misérable et humiliante ne se formate pas facilement de mon subconscient d'où l'attirance permanente vers ces lieux de cette période. Voilà pour la remarque.
      Ta question m'agace (merci quand même) par le fait de mêler mon bruissement aux brouhahas. Tu as certainement relevé qu'il n'a plus de dialogue citoyen, que chacun relié à une chapelle se fait leader et reprend tout à son compte, question de se placer dans la hiérarchie des valeurs sans tenir cas ni de paramètres universels ni de l'existence de ses valeurs, reniées depuis la prise du pouvoir par le dinar.
      De quoi peut-on parler en ce moment ? Toute discussion débouche fatalement sur la religion propriété presque exclusive des diseurs sans cultures qui pensent être les seuls à détenir la vérité divine.
      Quand la discussion s'oriente et puis fatalement sur la productivité, le bien-être ensemble, alors les charognards rentrent en jeu soutenus par des sectaires pour ne parler que du vol et de la corruption, nulle place pour la raison ni d'un échange serein encore moins, comment vivre mieux et ensemble. Sa tourne au vinaigre à chaque fois. On ne s’écoute plus. On ne s’écoute plus en famille, dans le même parti et dans le village. Chacun y va de sa propre déduction en attendant de rentrer dans cocon.

Par Xaled :    Pardon a Ccix, je me permets de vous faire une petite remarque et vous posez une petite question. 1- La remarque : Dans vos différents écrits, vous faites souvent allusion à la vieillesse, et pourtant vous ne l’êtes pas pour autant ! 
2- La question : Pourquoi vous vous referez beaucoup au passé pour nous rapporter de bons (et des fois de mauvais) souvenirs ? Est-ce que le présent ne vous inspire pas (plus) ?

Voir les commentaires sur facebook

Copyright©2016 – Arezki Mensous - Tous droits réservés - Toute reproduction est interdite.