Menu sidebar
Arezki

Déçu Par Bakouche Djaffar.


Pour la quatrième fois, ce jeudi 21 juillet 2016, nous venons d'organiser une rencontre des anciens élèves de CEG d'Azazga consacrée cette fois-ci à l'hommage rendu à tous les anciens élèves décédés en particulier deux entre eux, KACIMI Mohand Arezki terrassée par la méningite au sein même de l'établissement le 24 janvier 1970 et MOUACI Hamza un membre actif du bureau de l'association emporté par un arrêt cardiaque le 22 novembre 2015.
(Que leur âme repose en paix)
Lors de cette rencontre nous avons honoré le personnel (enseignants, agents d'administrations et de service) qui ont exercé dans cet établissement durant les années 70 comme nous avons remis des diplômes d'honneur et des prix aux meilleurs élèves du CEM Zaidat de l'année scolaire 2015-2016. L'autre objectif de la rencontre c'est de rassembler des anciens camarades de collèges afin de partager des moments de souvenir, d'émotion et d'échange de nouvelles.
Un déjeuner a été offert par la famille Mouaci et MonieurHaouili Si M'Hend.
Des jours durant quelques membres de l'association se sont mobilisés afin d'assurer la réussite de l'évènement, ils ont sillonné toute la région pour informer le maximum de personnes.
Hélas tous ces offerts et cet engagement n'ont pas trouvé d'échos escomptés.
Voici quelques raisons qui ont suscité ma déception :
- Le nombre de participants a atteint à peine une centaine (alors qu'il était trois fois plus important en 2011). Ceci malgré :
• Les quelques 200 invitations envoyés par SMS aux participants les éditions précédents.
• L'affichage de l'infirmation dans plusieurs localités (Béni-Douala, Azzeffoun, Bouzeguène, Mekla, Yakouren… etc
• La diffusion de l'information dans les réseaux sociaux et dans le blog du CEG d'Azazga.
- Le nombre d'intervenants lors du rassemblement était dérisoire.
- Manque d'intérêt pour les adhésions et l'achat des DVD réalisés lors des rencontres précédentes.
- Présence insignifiantes des personnes à honorer malgré les invitations remises la plupart à leurs mains propres.
L'engouement pour ce genre de rencontre s'estompe progressivement. Cela est-il dû au manque d'idées des membres du bureau de l'association ? Les gens sont-ils désintéressés par le côté relationnel ? Y'a-t-il d'autres raisons que nous ignorons ?
La réponse à la première question ne peut être affirmative vu que les initiatives engagées ont été avancées par des anciens élèves (dont certains n'ont même pas pris le soin d'assister à la rencontre). Quant à la deuxième éventualité je dirai qu'effectivement la plupart des algériens se démarquent de plus en plus de tout cadre où on fait référence au savoir, aux valeurs et aux relations d'affection mais ils se laissent plutôt emporter par les milieux d'intérêt d'affaires. Concernant notre association probablement si son bureau est composé d'éléments appartenant à une hiérarchie « supérieure » beaucoup de gens y adhéreraient et répondraient présents à chaque occasion mais comme il n'est constitué que de citoyens de "seconde zone", les gens ne trouvent aucun intérêt à être leur côté. 
Ce que nous vivons dans notre association est valable dans d'autres qui œuvrent pour le bien-être du citoyen algérien et pour son émancipation. L'Algérien est "encanaillé" comme tient à le souligner NouredineBoukrouh dans certaines de ses contributions.

DjaffarBakouche
Azazga le 23/07/201



Copyright©2016 – Arezki Mensous - Tous droits réservés - Toute reproduction est interdite.